“Après un interminable combat, j’ai le bonheur de vous annoncer que ma licence est validée”.
Ces mots de Thibaut Valladont, raisonnent dans la boite mail de l’AFAF, comme une première victoire dans le combat mené par Thibaut assisté par l’amicale, contre les instances du football français.
Arbitre de football depuis 5 ans, Thibaut est victime d’un accident de la route en février 2018. Il perd l’usage de son oeil gauche dans un accident de la route.

La surprise devant les refus des instances.

En juillet 2018, il dépose sa demande de licence d’arbitre de district, refusée dans un premier temps. Thibaut fait appel, la licence est validée sous réserve d’un examen ophtalmologique complet. Feu vert.
Après une belle saison d’arbitrage, Thibaut termine 1er du groupe 3 du district Doubs Territoire de Belfort. Il peut donc être promu en groupe 2, sa bonne gestion des matchs malgré sa cécité monoculaire est saluée par les membres de la commission départementale de l’arbitrage !

En tête de course, Thibaut garde le moral.

En juillet 2019, Thibaut dépose son dossier médical. Le 5 septembre, un an après avoir eu sa licence précédente, le médecin du district refuse la demande de licence, et demande cette fois l’avis du médecin de la FFF.
“Je suis sportif, licencié dans un club d’athlétisme et cela ne pose aucun problème, alors qu’il y a bien plus de risque de branches, ou de trébucher dans des sentiers de cailloux”. S’offusque Thibaut.

La douche froide.

Le 16 septembre, le médecin fédéral confirme le refus d’arbitrer. C’est la douche froide.
“A défaut d’avoir le droit d’arbitrer bénévolement, j’ai arbitré bénévolement des U11, U13, et seniors en 4ème division. Que du plaisir et du bonheur !” écrit-il aux membres du bureau de l’AFAF, qui décide immédiatement de le soutenir et de l’accompagner.
Malheureusement, un article des règlements du football spécifie que “la pratique du football est incompatible avec la cécité monoculaire”. En revanche, un vide juridique subsiste : Pratiquer le football = jouer au football.
Mais cette pratique comprend-elle également l’arbitrage ?

Un arbitre qui a sa place, et qui la mérite !

Thibaut est un bon élément. Ses qualités d’arbitre sont connues et reconnues par l’instance départementale de la CDA, ce qui lui aurait permis, sans ce contre-temps, de monter en grade en deuxième division.
L’AFAF conseille alors à Thibaut de lancer une procédure au Comité National Olympique et Sportif Français (CNSOF).
C’est chose faite dans la foulée.

La longue bataille.

Finisher du Marathon Schneider electric, Thibaut n’en est pas à sa première bataille gagnée.

Le 10 octobre, la réponse du CNSOF arrive, convocation le Vendredi 25 octobre à 11h30.
La FFF est convoquée, mais ne se présente pas au rendez-vous. L’AFAF accompagne Thibaut à l’audition, où chacun a pu donner son point de vue, et le défendre.
Le 11 octobre, la FFF rétro-pédale, envoie un courrier à Thibaut pour lui demander un nouvel examen ophtalmologique de son oeil droit.
Le 5 novembre le CNSOF donne son verdict : la licence de Thibaut doit être soumise à un nouvel examen médical, en prenant en compte uniquement sa capacité physique et ophtalmologique à arbitrer, et non pas un règlement, car la pratique du football est différente de la pratique de l’arbitrage.
Le 9 janvier , le RDV pris à la Pitié Salpetrière pour une consultation qui durera toute la matinée. Le compte rendu est délivré le 27 janvier, la FFF répondra le lendemain en accordant une dérogation de 6 mois. La licence est validée le 26 février ! Ouf ! Un intermède au beau milieu d’un combat qui apparaît interminable…
Le 11 mars, le confinement aura raison de la bonne nouvelle, mais ce n’est que partie remise.
Les 6 mois étant passés, Thibaut devra effectuer une nouvelle visite médicale au mois de juillet.
La FFF invite donc Thibaut à se présenter à nouveau devant le médecin, à ses frais cette fois.
Le RDV est pris le 17 juillet. “J’espère de tout coeur que cela aura une issue positive comme la saison dernière et ainsi pouvoir arbitrer. » déclare Thibaut, qui reste malgré tout optimiste.
Les intéressés commencent à être rodés à l’exercice, l’attestation est donc délivrée dans la foulée, et la licence va pouvoir être éditée.

Thibaut garde la tête haute, avec l’espoir de faire évoluer les mentalités, et le règlement.

Une première victoire.

“J’espère que mon cas fera bouger les choses pour l’insertion du handicap dans le sport plus facilement ».
Il s’agit là d’un nouvelle victoire dans cette longue bataille. Nous espérons de tout coeur avec Thibaut, que les règlements pourront évoluer.
Nous souhaitons que les règles discriminantes injustifiées qui reposent sur les constats que les professionnels du médical estiment incorrect, soient remises en questions, adaptées à la société et à un football moderne, qui se veut inclusif.
Antoine Boileau pour l’AFAF BFC.
Photos : Facebook Thibaut Valladont.
L’Amicale Française des Arbitres de Football soutien ses adhérents. Vous aussi, rejoignez l’AFAF !